Les Guerres dans la Guerre d'Algérie

Les guerres à l'intérieur de la guerre d'Algérie

Le 18 mars 1962, les Accords d'Evian ont mis fin à sept ans et demi de guerre coloniale en Algérie dont la souveraineté sera proclamée le 5 juillet 1962, après 132 ans de domination française. A l'intérieur de la guerre d'indépendance  proprement dite,  d'autres guerres internes se sont imbriquées. Des guerres qui, aujourd'hui encore, font sentir leurs effets.

Côté algérien, ces «guerres dans la guerre» peuvent  être schématisées en deux grands épisodes. Le premier a opposé deux entités indépendantistes, le Mouvement national algérien (MNA) et le Front de libération nationale (FLN). Le premier a été créé par Messali Hadj qui, depuis 1927, luttait contre l'autorité française. Le second a été fondé par des jeunes indépendantistes - souvent d'anciens messalistes - le 1er novembre 1954. Par une série d'attentats  perpétrés ce jour-là,  le FLN a initié la guerre d'indépendance.  Conflits de génération,  désaccords stratégiques,  ambitions personnelles des dirigeants expliquent cette opposition.

 Entre 1956 et 1961, lorsque le MNA sera définitivement  supplanté par le FLN, les règlements de comptes se sont multipliés entre les deux factions indépendantistes.  Ils auraient causé la mort de 10 000 Algériens appartenant aux deux camps.

La seconde guerre interne a opposé au sein du FLN, «l'armée des frontières» - bien équipée par l'Egypte nassérienne - aux «moudjahidines» des maquis intérieurs fort démunis. A l'indépendance, Ben Bella s'est appuyé sur l'«armée des frontières» pour instaurer son pouvoir malgré l'opposition des maquis intérieurs qui se sont fait voler la victoire. Le programme démocratique du GPRA (Gouvernement provisoire de la République algérienne) a été aussitôt déchiré.

Etouffés par la tyrannie, ces conflits internes ont ressurgi à la fin des années 80 et abouti à la sanglante décennie 90 dont l'Algérie n'a pas encore fini de cicatriser toutes les plaies. Ces «guerres dans la guerre» ont donc empêché l'instauration d'un régime véritablement démocratique en Algérie. Elles ont aussi permis à la caste militaire de monopoliser le pouvoir et de confisquer la manne pétrolière.

Côté français, les «guerres dans la guerre» ont opposé les gaullistes aux partisans de l'Algérie française et même les chefs militaires entre eux. C'est ainsi que les généraux Salan, Challe, Jouhaud et Zeller - le «quarteron» fustigé par de Gaulle - ont failli faire basculer la France entière dans la guerre civile, lors de leur putsch d'avril 1961 à Alger.

Les attentats antigaullistes de l'OAS - l'organisation des partisans de l'Algérie française - et les convulsions de la décolonisation expliquent, au moins en partie, le caractère autoritaire de la Ve République dont le président est nanti de pouvoirs d'une ampleur exceptionnelle dans une démocratie.

Si la France commence maintenant  à se pencher sur ce passé, l'Algérie s'y refuse encore. L'exercice serait pourtant salutaire. Les non-dits ne pourrissent-ils pas aussi les nations?

             Jean-Noël Cuénod, correspondant de la Tribune de Genève et de 24 Heures à Paris.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×